Alain Bernaud Biographie Bibliographie Extraits Divers Contact
Les erres de la lumière
 Le souffle du plateau Escalader plus de mille mètres de pierres pour accéder sous le laminoir de la lumière à cette vaste baie minérale exposée au flux incessant des grands compartiments de l’air Rien de plus désolé que ce plateau hauturier au dernier poste des lichens suspendu au-dessus du monde C’est ici que voici bien des années pour la première fois un cairn m’est apparu – si discret était ce cairn que sur le moment à peine discernable fut l’œuvre humaine des monticules informes de pierres laissés par la glace J’ai cherché à reconstruire la genèse de ce lieu avant que le glacier ne l’abrase Tâchant de remonter vers un talus rocailleux je me suis finalement perdu dans les éboulis suivant les voies millénaires du gel sur des blocs de moins en moins tiquetés de lichens jusqu’au roc vif Il souffle en ces parages comme un vent elliptique dénouant, effrangeant par la seule vitesse des échanges Tout se passe comme si se dressait là le col absolu de tous les partages sensibles de toutes les métamorphoses silencieuses Bim Telli, Kiental, août 2000
Cryosphère « Partie de la surface terrestre gelée en permanence, recouverte ou non par les glaces. » Dictionnaire de géologie À tous les étages de l’air curieusement pas un souffle aujourd’hui – rien d’autre que de la lumière Sur l’écharpe rude des névés les influences captées sont instantanément renvoyées par réfraction Des torrents bleus et diaphanes palpitent sur les sentiers opalescents de la glace Les rauques parois alentour respirent : lignes de fracture éboulis Pierres qui brûlent le jour pierres qui gèlent la nuit sur un substratum pris en permanence : un désir informe ces grands sols que la déclivité strie La base des hautes faces recueille l’impénétrable délabrement des pierres coupantes émoussées aux équilibres coriaces – gélifraction des cimes Poussières grises cendres austères des monts mêlées à la glace – érosion éolienne Visibles sur la neige algues roses paléobiologiques vies sporadiques Tschingelpass, juillet 1995